Corbeil infos, Corbeil-Essonnes, actualités et informations locales 91
societe-corbeil
social-corbeil
economie-corbeil
politique-corbeil
faits-divers-corbeil
loisirs-corbeil
sport-corbeil
accueil-corbeil

Copyright (C) 2009 corbeil.info.free.fr. Tous droits réservés. Photos : Bernard Gaudin, sauf mention spéciale

Une autre vision de l’actualité corbeil-essonnoise et des communes avoisinantes

 

 

 

Liens utiles
Contact 
Corbeil info

Elus d’opposition, Carlos Da Silva et Bruno Piriou ont eu de vifs échanges verbaux au cours du conseil municipal du jeudi 17 novembre 2011. C’est la perspective d’intégrer la section Accordéon du conservatoire dans l’association des Portugais qui a mis le feu aux poudres.

 

A Corbeil-Essonnes, le début du conseil municipal du jeudi 17 novembre 2011, une séance pour le moins mouvementée, a été marqué par une surprenante discorde entre Carlos Da Silva (PS) et Bruno Piriou (PCF), conseillers municipaux d’opposition. C’est l’intervention d’une élève du conservatoire municipal déplorant le rattachement de la section Accordéon à l’Association des Originaires du Portugal (AOP) qui a déclenché la controverse. En prenant la parole, Bruno Piriou  a souhaité prendre partie pour l’intervenante en ciblant, notamment, Cristela De Oliveira, adjointe au maire. « Ce n’est pas faire ombrage aux qualités musicales des membres de l’association AOP, même si madame De Oliveira, qui en est l’une des responsables, pratique l’accordéon, de dire que dans une ville de 40.000 habitants, on est en droit de jouer d’un instrument de musique au conservatoire municipal  », a-t-il déclaré. Visiblement choqué par cette allusion, Carlos Da Silva n’a pas tardé à réagir. « Bruno, je partage 99 % de ton intervention, mais la remarque au sujet de Cristela De Oliveira est juste insupportable et totalement méprisante, voire même un mot que j’éviterais d’employer parce que tu es mon collègue au Conseil général », a-t-il lancé avec vigueur.

Corbeil-Essonne :
Altercation entre Da Silva et Piriou au conseil municipal
Corbeil info

Bernard Gaudin

18 novembre 2011

Retour....

Quand la musique n’adoucit pas les moeurs

 

En répondant, Bruno Piriou a estimé que le principe du service public est d’être en droit, pour toute personne, quelque soit ses origines, quelque soit son milieu social, de pouvoir exercer une activité musicale. « Nous avons tous ici la plus grande amitié pour l’AOP mais, excusez moi, si on doit renvoyer les adhérents du conservatoire vers chaque communauté qui pratique une activité musicale, ça ne tient pas la route ! » La réplique de Carlos Da Silva n’a pas tardée. « Bruno, Je suis vraiment désolé ! Tu insistes et tu t’enfonce ! Tu a renvoyé Cristela De Oliveira à ses origines et je tiens à dire solennellement que quelque soit celui d’entre nous qui l’aurait fait, je serais intervenu de la même façon », a souligné l’élu socialiste avant d’en remettre une couche. « Et la deuxième chose, Bruno Piriou, sache que la République, ce n’est pas la reconnaissance des communautés ! La République, c’est le fronton de la laïcité, des citoyens face à l’universalité des droits qui sont les nôtres et qui sont communs », a-t-il lancé sous les applaudissements nourris des membres d’une majorité pour le moins surprise par cette discorde.          

Corbeil-Essonnes : Cristela De Oliveira, ici à gauche, a trouvé lamentable l'alllusion de Bruno Piriou.

Politique

Corbeil-Essonnes : Carlos Da Silva et Bruno Piriou ont eu de vifs échanges verbaux au cours du conseil municipal du 17 novembre 2011.

Un avis, une réflexion ?